Le confinement a réveillé l’envie de chirurgie esthétique

124

La situation sanitaire actuelle et l’apparition du covid-19 nous apportent une fois de plus bien des surprises. En effet, on pourrait penser que la pandémie du covid-19 et les mesures de confinement auraient plutôt amené les gens à moins se préoccuper de leur aspect physique. La grande demande de la chirurgie esthétique post Covid témoigne plutôt du contraire.

Le désamour de l’image de soi

On vit actuellement dans un état sanitaire exceptionnel suite à la crise sanitaire et des mesures de distanciation physique, une grande partie des travailleurs ont migré vers la solution du télétravail. Cette quarantaine imposée a amené les salariés à utiliser la visioconférence fréquemment. Cette confrontation régulière à son visage et sa silhouette par la caméra de l’ordinateur ou du téléphone a amplifié quelques petits défauts ou nourri certains complexes. Ces constatations ont poussé certaines personnes à franchir le pas et faire appel à une intervention esthétique ou plus. Le Syndicat National de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique (SNCPRE) a observé une augmentation de 20 à 30 % des demandes de consultation esthétique depuis le début de la pandémie.

La chirurgie esthétique connait actuellement une forte demande par rapport à l’habituel. C’est un phénomène mondial que l’on peut remarquer dans plusieurs pays comme les États-Unis qui a vu bondir les demandes de 64 %. Mais aussi l’Australie, le Brésil, la Belgique, et beaucoup d’autres. Injections de Botox, liposuccions, augmentations des seins, la demande a augmenté partout. Le masque a surement caché les visages, mais pas le regard que l’on pose sur soi, le travail à distance n’en est pas le seul responsable, les réseaux sociaux ont aussi exacerbé les obsessions esthétiques.

Des éléments favorables pour l’esthétique

L’image de soi-même Sous le masque n’a finalement pas changé et elle est la même, mais le facteur changé est que le temps passé sur les réseaux sociaux lors des différents confinements a augmenté et a modifié la perception de son physique. La perception souvent erronée sur les médias sociaux conforte l’insatisfaction corporelle et le désir d’avoir recours à quelques retouches.

Plusieurs personnes ont décidé lors de la répétition des confinements, que c’est l’occasion d’utiliser un temps de réflexion en soi et opter pour réaliser des retouches esthétiques qu’elles souhaitaient faire depuis longtemps. De plus, les économies réalisées à défaut de restaurants, cinéma et vacances ont permis de financer ces interventions. Le retour massif en entreprise n’ayant pas encore eu lieu, les convalescences peuvent donc se faire discrètement à la maison sans avoir à prendre de congés.

La chirurgie plastique joue aussi parfois le rôle d’un médicament calmant en période d’anxiété et d’incertitude comme celle de la pandémie et la quarantaine imposée sur tout le monde. Se réapproprier son corps en l’améliorant ou en le modelant selon ses envies peut aider à donner un coup de pouce au profit de sa confiance et son estime de soi. Si vous êtes tentés par la chirurgie esthétique, il est nécessaire de déterminer d’abord avec un professionnel de santé les raisons profondes et les attentes afin d’éviter les déceptions.